Trail du Ventoux – ERGYSPORT

A l’assaut du Géant de Provence

Complet près de six mois avant le Jour J, le Trail du Ventoux est entré dans la légende du trail running, en 15 ans d’existence. Focus sur une épreuve qu’il faut avoir couru dans sa vie de trailer…

Que ce soit à pied ou à vélo – voire à ski pour les plus téméraires – le Mont Ventoux est une montagne qui attise toutes les convoitises. Quelque soit le mode de locomotion choisi, ce sommet mythique fait partie des « Must » à cocher sur son carnet de route, ou de course. Parce que les conditions climatiques le rendent toujours difficilement « domptable », même en début de printemps, date du trail du Ventoux, sa « conquête » n’en est encore que plus belle, plus forte, plus inestimable. Un véritable défi lorsqu’il s’agit de grimper en courant depuis Bédoin, jusqu’à l’aiguille rouge et blanche de la station météo installée au sommet du Géant de Provence, symbole du célèbre sommet dénudé. Le vent, parfois violent et souvent glacial au sommet, et les chutes de neige, voire les pluies diluviennes, ont souvent perturbé les desseins des trailers engagés sur le Trail du Ventoux. Il n'est pas rare de trouver fin mars encore de la neige sur les parties sommitales et sur les crêtes, alors que plus bas, les amandiers sont en fleurs. C'est une des spécificités de cette épreuve et qui en fait sa difficulté aussi. Mais toujours, l’organisation orchestrée par Serge Jaulin a su trouver une parade, en détournant ou en raccourcissant le parcours, privant parfois le peloton du « Graal » du sommet, situé à 1912 m d’altitude.

Parce que c’est l’une des premières courses au sortir de l’hiver, et parce qu’elle se déroule en ce lieu mythique, l’épreuve a vu passer au fil des 14 éditions déjà écoulées tout ce qui se fait de mieux au niveau du trail running français et international de haut niveau. Le palmarès de 2015 en est la preuve, puisque Nicolas Martin - nouveau parrain de l’épreuve – et Caroline Chaverot, sont respectivement devenus en octobre dernier vice-champion du monde de trail, et Championne du monde, au Portugal. Avant eux, Christophe Jacquerod, Thomas Lorblanchet, François d’Haene, Julien Rancon, Céline Lafaye ou Andy Symonds n’avaient pas manqué d’inscrire ce trail incontournable à leur palmarès.

Cette année encore, la crème française du trail, accompagnée par plus d’un millier d’amateurs tentera sa chance, à l’assaut du Géant. Un tracé alpin dessiné sur une quarantaine de kilomètres (pour 2000m D+) selon les années, qui privilégie les sentiers les plus variés (95 % de monotrace) depuis la traversée des Ocres, jusqu’au sommet de cette montagne mythique d'où la vue est imprenable sur la chaîne des Alpes au Nord, et jusqu'à la Méditerranée au sud. Mieux vaut avoir prévu un équipement contre le froid et le vent pour le sommet (voir notre rubrique s’équiper pour l’hiver). De nombreux imprudents se font chaque année « refroidir » au sommet par des conditions toutes autres que celles trouvées dans la vallée. S’ensuivent six kilomètres de crêtes balayées par le vent, avant de basculer dans les combes pour un retour tout en montagnes russes sur le superbe GR 91 B, en balcon, tout en relance avec de superbes paysages offrant un panorama grandiose sur les dentelles de Montmirail, les Alpilles, le Luberon. Avant de rejoindre la ligne d’arrivée de Bédoin, une dernière surprise en guise de « dessert » : la descente de la sauvage et spectaculaire combe de Maraval, avec ses grands abris sous roche avant de rejoindre le piémont et le sentier sinueux jusqu'à l'arrivée à travers vergers, vignes et amandiers en fleur pour fêter en courant l'arrivée du printemps !

Les conseils de…

Anne-Lise Rousset, 2e en 2015

« Le trail du Ventoux débute toujours extrêmement vite ! Je pense qu'il est nécessaire, sur ce type de parcours, de partir assez rapidement mais tout en contrôlant, pour ne pas se griller. L'ascension est longue et assez abrupte. Il faut essayer de tenir jusqu'au sommet sans y laisser trop d'énergie. En effet, je trouve que la grosse difficulté du parcours réside surtout dans la deuxième partie qui commence au sommet : un retour très "casse-pattes" en relances incessantes sur des montagnes russes du GR qui barrent toute la face sud. Enfin, la dernière descente est très technique et peut être glissante ; il faut rester concentré et vigilant jusqu'au bout. Ce trail est très complet et exigeant. Il ne faut absolument pas négliger la seconde partie de course ! »

Nicolas Martin, vainqueur 2016

« Si l’on ne devait retenir qu’un seul conseil, c'est de respecter ce parcours et cette montagne. Il faut être préparé musculairement à encaisser cette distance longue pour la période de l'année. Gérer son effort jusqu'au sommet pour être capable de relancer sur les montagnes russes nous ramenant à Bédoin. »

 

Trail Ergysport du Ventoux

19 mars 2017

15e édition

Bedoin (84)

Formats :

46km 2000m D+

26km 1100m D+

15km 445m D+

Infos : http://www.ergysport-trailduventoux.fr

Par Luc Beurnaux – Photos Fred Bousseau, JMK Consult, Robert Goin

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *