Petit déj’ La tendance du protéiné

Le petit déjeuner « traditionnel » pain-confiture-laitage-jus d’orange aurait-il vécu ? Sa formule « protéinée »apparaît beaucoup plus enrichissante,
d’autant plus si l’on est sportif…

Par Anthony Berthou

Manger une source de protéines animales le matin présente plusieurs avantages :

La dopamine, qui stimule l’éveil et la motivation, est directement synthétisée à partir d’un acide aminé abondant dans les protéines animales, la Tyrosine. C’est pourquoi la consommation d’un à deux œufs et/ou d’autres sources de protéines animales (jambon de préférence crû, fromage de chèvre ou de brebis, deux yaourts minimum ou pourquoi pas pour les plus courageux d’entre nous du saumon ou du poisson comme nos voisins scandinaves) est un choix alimentaire optimal pour booster votre vigilance et votre motivation dès le matin.

La présence de protéines animales, souvent associée à des graisses, permet de réduire la vitesse d’assimilation des aliments glucidiques consommés au petit déjeuner, en augmentant le temps de digestion et en réduisant l’index glycémique de ces aliments. Le pic de sécrétion d’insuline par l’organisme sera ainsi moindre et par voie de conséquence, la vigilance au cours de la matinée améliorée. La présence de protéines animales permet également de favoriser la satiété. Elle participe ainsi à un meilleur contrôle du poids et évite une consommation excessive d’aliments glucidiques dont le rôle sur les risques de surpoids est désormais bien établi.

Risque decholestérol ?

Pas de panique. Au-delà du fait que le rôle du cholestérol dans la survenue des accidents cardio- vasculaires soit désormais discuté, il semble que la consommation d’un œuf par jour n’induise pas d’augmentation du risque cardio-vasculaire et ne soit pas responsable d’une élévation significative du taux de cholestérol sanguin.

Mangez du gras

L’organisme a besoin quotidiennement d’acides gras essentiels – les composants des graisses – pour optimiser son état de santé, notamment les risques cardio-vasculaires, la dégénérescence neuronale et pour bien contrôler les mécanismes inflammatoires.  Il s’agit des acides gras de type oméga 3 : consommer des fruits oléagineux (noix, noisettes, amandes) ou des graines de lin moulues représente un excellent moyen de participer à la couverture de ses besoins en oméga 3.

Attention aux choix des aliments glucidiques

Ce que nous imaginons parfois comme un « sucre lent » peut au contraire se comporter comme un véritable « sucre rapide » du fait de la sécrétion d’insuline qu’engendre sa consommation. Revisiter la nature des aliments glucidiques présents sur la table du petit déjeuner peut donc s’avérer une stratégie optimale pour favoriser la satiété, la vigilance et le contrôle du poids.

En pratique :

• Privilégier les aliments glucidiques à index glycémique faible ou moyen et avec modération. (orange, pêche, citron, Céréales complètes Pain de seigle, Yaourt de soja)

• Limiter la consommation d’aliments glucidiques à index glycémique fort (kellogs, confiseries, Baguette traditionnelle, confitures)

• Associer systématiquement des fibres (légumes, fruit) à la consommation de produits céréaliers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *