OTILLO CATALINA

Une première aux Etats-Unis

OTILLO CATALINA

Précurseurs dans de nombreux domaines, les Etats-Unis n’avaient pourtant jamais accueilli d’épreuve de swimrun au label Otillo, du nom de la série mondiale. C’est désormais chose faite….

Par Luc Beurnaux –Photos Pierre Mangez

A la conquête de l’ouest  

il aura fallu attendre quinze longues années pour que les inventeurs nordiques du Swimrun ne parviennent à «toucher» l’ancien «Nouveau Monde», de l’autre côté de l’Atlantique. Le 1er mars dernier restera en effet comme une date historique pour le label mondial OtillO, qui a organisé sur l’île californienne de Santa Catalina la première épreuve de sa jeune histoire sur le continent nord-américain.

Il faut dire que si le swimrun existe bien aux Etats-unis depuis 2016, il ne connaît pas le même engouement qu’en Europe. Sur la saison 2019, un media spécialisé américain a recensé seulement 17épreuves «dignes de ce nom» (c’est-à-dire avec une participation minimum et avec au moins 15 duos finishers) sur la quarantaine d’organisations se réclamant du swimrun.

Une broutille à l’échelle de ce continent, et par rapport aux plus de 500 épreuves organisées à travers l’Europe. OtillO aura donc pris ses précautions et son temps avant de venir conquérir les Etats-Unis. D’abord en accolant le label «Otillo MeritRace» à quatre épreuves existantes, puis en organisant donc, en mars dernier sa première épreuve «Made in OtillO».

OTILLO CATALINA

Une épreuve rescapée du Covid-19 

Une épreuve qui ouvrait pour l’occasion la saison 2020, gage d’une belle exposition (d’autant qu’à l’heure où nous écrivons ces lignes, c’est toujours la seule épreuve à avoir pu être disputée, en raison de la pandémie du Covid-19).Les organisateurs ont ainsi jeté leur dévolu sur l’île californienne de Santa Catalina, au sud de l’état, bien en phase avec la philosophie d’une discipline qui affectionne les sites sauvages et «rugueux».

A Santa Catalina, on est loin des paillettes de Los Angeles et d’Hollywood, d’où l’on s’échappe en ferry pour accoster une heure et demie plus tard dans un environnement tout autre, distant de 21 miles nautiques. Un véritable bijou pour la pratique du swimrun et des sports nature, puisque cette île culmine à 650 m d’altitude, et offre de multiples baies, des plages de galets, des eaux cristallines, des troupeaux de bisons sauvages, et des singles tracks bordés de cactus dans une nature vierge, sans un mètre de goudron sur le parcours, où les fleurs sauvages poussent à foison au début du printemps.

OTILLO CATALINA

La Californie des sports outdoors 

On est ici à l’abri du tumulte de la ville et du strass de la Californie « traditionnelle ». Un site à la fois stratégique, préservé et intimiste, puisque le QG de l’épreuve est installé à Two Harbors, hameau de 100 habitants durant le reste de l’année, et que les participants étaient logés à Avalon, la plus grosse ville de l’île, avec ses 3000 habitants…

530 participants ont ainsi eus le plaisir d’inaugurer cette première édition, au cumul des dossards individuels ou par équipe de deux, et sur les trois formats au programme (Sprint, Experience et World Series). Le clou du week-end, le format World Series, a vu 180 duos s’affronter dans une eau à 16°C, et sous un ciel clément. Une épreuve qui s’est avérée exigeante, bien dans la lignée des standards d’OtillO, sur un terrain souvent vallonné, et avec des sections parfois très engagées, comme ce trail long de 9,5 km et 650 m D+ sur l’épreuve phare… «Dans l’eau, c’est comparable à l’épreuve croate de Hvar (et ses eaux cristallines ndr),et à pied, c’est l’équivalent d’Engadin (une épreuve référence en Suisse, ndr), mais le tout avec un accent californien» diront deux concurrents français.

OTILLO CATALINA

Les gagnants de cette première édition :

Le Team Envol, du Français Nicolas Remires (que nous avions rencontré à Stockholmen 2017) et de l’Espagnol Francesc DeLanuza, a remporté cette épreuve en 4h38, avec 5 minutes d’avance sur le duo suédois Axegård-Olsson. Les premières filles, Suédoises également, ont terminé à la 6eplace du scratch, en 5h05. Nul doute qu’ils auront donné envie à beaucoup d’autres athlètes d’en être pour la deuxième édition.

OTILLO CATALINA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *