Ironman 70.3 Colombo – Témoignage de Thimothée JUNG

TIMOTHÉE JUNG, 31 ANS, français résidant à Oslo en Norvège.

Finisher en 4 h 57, 45ème au classement général, 12ème de son groupe d’âge 30-34 ans.

QUEL TRIATHLÈTE ÊTES-VOUS ?

Je suis un français qui vit en Norvège, depuis 5 ans où je suis ingénieur pétrolier. L’avantage en Norvège c’est que les loisirs sont favorisés. A Oslo, je finis vers 17 h et je peux m’entrainer ensuite. Je suis un ancien coureur de 800 m et lorsque je me blessais, je basculais sur la natation que j’ai appris à apprécier. Le vélo ne m’étant pas étranger, il n’y avait qu’un pas à franchir pour basculer sur le triathlon. Plus jeune, j’ai toujours été impressionné par les athlètes réalisant un Ironman. Alors je me suis dit pourquoi pas moi. J’ai donc commencé en local par le 70.3 Haugusund à l’Ouest d’Oslo. C’est un très beau triathlon que j’ai découvert et terminé en 5 h pour une première expérience. J’ai été surpris de prendre le Slot pour les championnats du monde à Chattennuga aux USA pour l’édition 2017. Ensuite, j’ai fait les championnats du monde half-Ironman en Afrique du Sud. Cette année, hormis Colombo, je vais faire Aix et j’ai prévu mon premier full à Tallin en Août.

DANS QUELLE OPTIQUE ÊTES-VOUS VENU À COLOMBO ?

Je voulais concilier des vacances au soleil et faire un Half Ironman. Alors quand j’ai regardé le calendrier je me suis dit pourquoi pas Colombo. On a donc prévu avec ma copine de rester 2 jours à Colombo pour la course et de passer 10 jours ensuite dans le sud et dans les plantations de Thé pour découvrir le Sri Lanka intérieur.

QUELS ÉTAIENT VOS OBJECTIFS POUR CET IRONMAN 70.3 ?

L’idée était de passer en dessous des 5 h avec un 4 h 45 en vue. Et si le Slot pour Nice se présentait ce serait une belle surprise. Je me suis surtout entraîné sur home trainer en Norvège, j’arrive avec une douleur au mollet et je redoute un peu le vent et la chaleur.

COMBINEZ-VOUS SOUVENT SPORT ET VOYAGES ?

Oui je suis adepte des «Racations» (Race + Vacations). Je combine souvent course et séjour touristique comme pour le XTerra l’année dernière à la Réunion ou le marathon de Lisbonne (2 h 58). Cette année j’ai prévu de descendre pour le marathon de Paris et de retrouver cette ville que je connais bien.

COMMET S’EST PASSÉE LA COURSE ? QUELLES ONT ÉTÉ VOS SENSATIONS ?

Ce que je craignais est arrivé. Mon mollet m’a fait souffrir dès le quatrième kilomètre de la course à pieds. La douleur montait progressivement. Je n’ai jamais pensé arrêter mais j’ai dû ralentir fortement l’allure. Je suis très heureux d’avoir terminé la course même si le temps n’est finalement pas suffisant pour obtenir un slot pour Nice. Je suis finalement très content d’avoir fait ce half Ironman dès Février. Il reste à soigner mon mollet mais pour le moment place aux vacances et à la découverte du Sri Lanka.

QUELLES SONT LES PARTICULARITÉS DE CET IRONMAN 70.3 DE COLOMBO ?

Je retiendrais le bon déroulement de l’épreuve, le sérieux de l’organisation, à la fois rigoureuse tout en restant souple et souriante. Lors de mon premier passage devant l’Hôtel Shangri-La j’ai été surpris par la foule qui acclamait chaque coureur. C’est motivant d’être porté par ces inconnus. Comme axe d’amélioration, il faudrait prévoir un peu plus d’arbitres pour surveiller le drafting qui est encore trop pratiqué sur ces longues lignes droites. Mais l’essentiel reste l’enthousiasme des bénévoles et leur engagement qui reste exceptionnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *