Ironman 70.3 Colombo – Témoignage de François COMPTDAER

FRANÇOIS COMPTDAER, 35 ANS, Kiné, expatrié à Colombo avec sa famille depuis 1 an. Finisher en 5 h 06, 60ème au classement général, 11ème du groupe d’âge 35-39 ans

QUEL TRIATHLÈTE ÊTES-VOUS ?

J’ai pratiqué le triathlon il y a 10 ans. A l’époque j’avais fait deux full distance Ironman mais ensuite j’ai un peu mis en sommeil ce sport jusqu’à mon arrivée il y a 6 mois à Colombo où nous nous sommes installés en famille. Ma femme travaille à l’ambassade de France. N’ayant pas de visa de travail pour le moment, j’ai donc pas mal de temps libre pour m’occuper de ma fille et pour me consacrer aux activités sportives.

J’ai donc repris l’entrainement triathlon en ayant pour objectif l’Ironman 70.3 de Colombo en Février. C’est toujours plus facile de faire une épreuve sur son lieu de résidence.

DANS QUELLE OPTIQUE ÉTIEZ-VOUS AVANT CET IRONMAN 70.3 DE COLOMBO ?

A vrai dire, je n’avais pas de pression particulière au-delà de me faire plaisir. Bien entendu si le slot pour Nice se présente c’est bien mais vu le niveau des athlètes dans ma catégorie, j’ai peu d’espoir. De plus j’aurais la chance d’avoir ma famille et mes amis pour m’encourager donc ce sera plus agréable. Cette épreuve était un petit événement familial puisque ma fille, Clémence, a bouclé les 500 m de course à pieds de l’Ironkid le Samedi et mon épouse devait participer à un relais avec l’ambassade mais finalement une blessure l’en a empêché. Elle m’a donc encouragé.

COMMENT PRÉPARE-TON CET IRONMAN 70.3 DANS LA CHALEUR ET LA CIRCULATION DE COLOMBO ?

En fait le fait de s’entraîner sur place est quand même un avantage car l’acclimatation à la chaleur et au parcours sera faite. Par contre c’est vrai qu’à Colombo les parcours course à pieds ou vélo ne sont pas évidents à trouver si on veut s’extraire du trafic dense de cette ville.

En termes de créneaux horaires, il faut viser le tout début de matinée ou la nuit tombée (le soleil se couche invariablement vers 18h) et pour échapper à la circulation très dense et s’entraîner en vélo, j’ai repéré une boucle de 6 km peu fréquentée et agréable que je pratique en répétition.

COMMENT S’EST PASSÉE LA COURSE ? QUELLES ONT ÉTÉ VOS SENSATIONS ?

Même avec un entrainement en local, j’ai pas mal souffert de la chaleur. Les encouragements de mes proches ont été précieux et même si j’escomptais un temps un peu meilleur, je reste finalement assez satisfait de cette course.

POUR QUELLE RAISON RECOMMANDERIEZ-VOUS CETTE COURSE ?

C’est une Course à taille humaine. Un peu plus de 500 participants solo et 700 environ si on ajoute les relais. C’est un petit peloton où on peut sortir du lot si on est bien préparé. L’épreuve vous plonge dans un environnement très dépaysant et totalement international, 58 nations représentées. Il est aussi très agréable de courir en compagnie de Sri Lankais qui découvrent ce sport et qui ont une motivation de néo-triathlètes. Leurs performances avec du matériel notamment vélo très rudimentaire forcent le respect.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *