Charlotte Morel : un podium à l’Ironman de Taïwan

Une première pour Charlotte sur le circuit IRONMAN sous une température caniculaire.

 Charlotte Morel nous raconte sa course :

Après quelques moments de repos, j'ai un peu d'énergie pour vous raconter cette incroyable course sur l'Ironman de Taiwan.

En fin de saison, je voulais vraiment marquer quelques points au Kona Pro Ranking 2018 mais j'attendais de voir si la forme revenait après l'Embrunman puis le doublé à Gerardmer pour prendre ma décision.

Ayant voulu m'inscrire au dernier moment, je rate l'inscription pour L'IM Italie et celui de Barcelone à un jour prêt donc pas le choix me voilà embarquée à l'autre bout du Monde à Taiwan avec décalage horaire, chaleur et humidité et surtout sans Fred ni personne de proche.

Heureusement, j'ai rencontré une autre athlète PRO canadienne Brooke Brown voyageant seule pour la première fois elle aussi donc on a pu partager cette aventure et c'était vraiment très sympa de la rencontrer et de passer du temps ensemble !  Le partage reste un de mes principe dans ma philosophie du triathlon...

Nous voilà arrivées sur cette petite île de Penghu. Je m'imaginais de belles plages mais on était plutôt sur une île pauvre et très peu peuplée devant un port de pêche pas très agréable que l'on appellera "fischy smell island".

On a galéré pendant 3 jours pour trouver de la nourriture "fraîche et bonne ", pas de supermarché mis à part des 7eleven avec des clubs sandwich et il n'y avait que des petits boui-boui/restaurant chinois qui vendait du poisson plus ou moins frais étalé devant nos yeux. Autant vous dire qu’avant la course je n'avais pas trop envie de tester !

Heureusement, j'avais été prévoyante avec mes sachets de riz précuit ramenés de France ! Moi qui pensais trouver du riz à volonté en chine !

Réveil Dimanche 3:00 du matin à Taiwan (samedi 21:00 heure française) et après une nuit plus que mauvaise et courte, je suis au départ de l'IM de Taiwan !

C'est parti pour la natation on se retrouve tout de suite à deux devant, nous nageons à une bonne allure, alors après 600m je décide de rester dans les pieds de l'américaine Laurel Wassner pour m'économiser. C'est toujours ça d'énergie gagnée, la journée va être longue.

Nous sortons ensemble de l'eau, je prends un léger avantage sur la transition et hop nous voilà en selle pour 180km sur cette ile de 60km de long.

Au début, je reste à distance de Laurel mais difficile de suivre son allure qui est trop rapide pour moi sur le plat et trop lente sur les bosses. Je fais un peu l'élastique sur tout le début de la course. Au bout de 60km en haut d'une montée, un arbitre me fait signe que je suis trop proche donc je m'éloigne et je prends mon rythme pour rouler seule jusqu'à la fin. Je ne suis pas encore habituée à rouler comme ça sur ironman !

Il faut vraiment trouver le bon rythme et personnellement n'ayant jamais fait de course "plate" je ne connaissais pas encore le mien. La chaleur se fait vraiment ressentir sur la deuxième partie du vélo.

A chaque ravito j'arrivais complètement desséchée. Sur la route quelques frayeurs avec des scooters ou des voitures sortant de nulle part, Un cortège festif en plein milieu du parcours ...

Je pose le vélo en 5H10 en 2ème position. A ce moment là je me dis que ça va vraiment être très dur car j'ai déjà épuisé mon capital tolérance à la chaleur.

Je prends mon temps pour me changer à la transition et je pars tant bien que mal. Premier km en 5'00 pas si "mauvais" vu les conditions mais très rapidement je me suis sentie vraiment mal.

Au ravitaillement du 4e km j'ai fait l'erreur de seulement boire et de ne pas prendre d'eau avec moi... 2,5km à tenir sur une montée en plein cagnard avec une température de 42 degrés et plus de 80% d'humidité, sans ombre, en respirant de l'air chaud.

Je frôle vraiment l'insolation en haut de cette bosse, un mal de crâne terrible, j'aperçois le ravito suivant que je rejoins et je m'arrête pour boire et me verser des seaux d'eau froide sur moi, je marche un peu après le ravitaillement et j'essaie de repartir en courant.

Je croise les premiers pro qui courent vraiment doucement, qui s'arrêtent complètement aussi au ravito, je me dis que je ne suis pas la seule dans cette situation et que ce n'est pas une course "normale" qui se passe.

A partir de ce moment, je "cours" ou plutôt continue d'avancer avec une bouteille de 1,5L que je me verse dessus jusqu’au prochain ravito, ils sont tous les deux km et je continue de faire ça jusqu'à la fin... je croise les autres filles qui semblent souffrir autant que moi, on s'encourage à chaque fois que l'on se croise.

Trois autres filles Pro sont déjà hors course, dont ma "room team" Mate Brooke qui s'est trompée sur la parcours vélo. Ça faisait du bien aussi de croiser les deux autres Français avec Cyril Pochon sur le parcours. Je ne pouvais pas m'arrêter là ! Coté nutrition, je n'ai rien pu avaler depuis le 150eme km vélo.

 

Au début du marathon, à chaque fois que j'essayais de m'alimenter j'avais de terrible crampes d'estomac juste après, puis sur le second tour je devais m'arrêter plusieurs fois au toilettes (heureusement qu'il y avait quelques arbres sur les bas-côtés).

La seule chose que j'ai pu avaler sur le dernier tour c'est des chips ! et quelques bonbons au cola que mon frère m'avait passés. La première fois que ça m'arrive et je pense que ça n'a pas arrangé mon état. On avait pourtant tout calculé en termes de pertes de minéraux, sel, boisson, gels...

 

Je continue de croiser des chinois marchant au rythme du bipbip de leur montre comme des robots. C'était comme la traversée du désert des zombies. Le dernier retour de 7km s’est mieux passé, j'arrive à reprendre une allure de 5'30/km, incroyable ce que le cerveau est capable de faire quand il sent la fin ! 

Je franchis cette ligne d'arrivée 3 ème Femme PRO sur mon premier label IRONMAN et déjà 1200 points marqués au KPR. Même si c'était terriblement dur, c'était vraiment bon de franchir cette ligne et ce quel que soit le temps !! Les temps des premiers Pro hommes et des femmes sur le marathon étaient tous vraiment mauvais.

 

Forcément déçue de mon temps au marathon mais heureuse d'avoir tenu le coup pour finir cet Ironman. Les conditions étaient vraiment incroyables. Et même en vous décrivant cette course, je pense qu'il est difficile de s'en rendre vraiment compte. Si vous voulez vraiment savoir je vous conseille d'y aller l'année prochaine !

Heureuse d'avoir partagé ce podium avec deux autres super women very Fair ! @laurel wassner @kate bevilaque Bravo les filles !

Même si je me sentais très fatiguée, le lendemain fut plus festif : supportrice de Brooke qui finit 3e du Beer Miles de Penghu, un bon burger avec un coffee spécial ironman, quelques brasses dans la piscine de l'hôtel, et la « closing céremony » Ironman !

Ce voyage a été aussi synonyme d'incroyables et étonnantes rencontres notamment deux personnes l'Américain Jonh Jaunas et le Mexicain Luis Alvarez ayant couru le plus d'ironman à travers le monde (quasiment 200) mais aussi l'ascension de l'Everest... je les écoutais raconter leur histoire comme ma maman me lisait mon histoire avant de dormir ! C'était captivant !

Sur la route du retour et en escale à Taipei, je découvre grâce à Brooke et Alex, l'office, le shop et le restaurant de waypoint Santé, les organisateurs de Challenge Taiwan ou nous prenons un délicieux healthy meal dans un endroit magnifique !!! Encore une belle rencontre juste avant de repartir... Finalement ce dernier repas me laissera peut-être moins un mauvais souvenir des restaurants à Penghu.

Il est temps de rentrer à la maison, et de récupérer de ce périple Taïwanais ! c'était une merveilleuse aventure ! (Un peu dur quand même)

Je serai au Triathlon de Cassis dimanche prochain juste pour le plaisir de finir ma saison sur une course que j'apprécie particulièrement par son environnement et son ambiance. Je passerai également du côté du Natureman pour supporter les athlètes @my tribe qui auront la chance de courir dans un cadre plus que sublime ! Malheureusement je n'aurai pas assez d'énergie pour refaire un half mais ce n'est que partie remise pour les années suivantes.

Je voulais vraiment remercier Fred ma famille et toute la Tribu qui étaient derrière moi pour me soutenir ! J'ai vraiment pensé à vous pendant cette course pour tenir et ne pas m'effondrer.

Sans vous, je ne sais pas si j'y serais arrivée. 

J'ai aussi beaucoup pensé aux valeurs de mon régiment le 3ème Rama de Canjuers et je me suis battue jusqu'au bout pour les défendre "A l'affût toujours jamais ne renonce". Je les remercie encore pour leur soutien et leur confiance.

Merci à tous pour vos messages et votre soutien, à mon club l'As Monaco, et mes partenaires ! La route pour le Kona Pro Ranking World Championship Ironman commence maintenant...

 

 

Charlotte Morel

Photos : David Sun

Des nouvelles de ce défi dans le prochain numéro du magazine RESPIREZ SPORTS.

 

 

2 pensées sur “Charlotte Morel : un podium à l’Ironman de Taïwan

  • octobre 5, 2017 à 4:10
    Permalink

    bravo ma Charlotte quelle pêche et réserve d’influx car à Embrun t’avais déjà tiré sur la bête !! bon retour et grosse biz la championne Olive M

    Répondre
  • octobre 5, 2017 à 9:09
    Permalink

    Bravo CHARLOTTE,
    Après t’avoir supportée et encouragée à EMBRUN, nous serons là à nouveau dimanche à CASSIS pour te suivre.
    Fais nous une belle course !
    Patrice et Marie Madeleine BADOUX
    94500

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *