BIKINGMAN 2020

Le circuit BikingMan est né de l’imagination foisonnante du Français Axel Carion. Un adepte lui-même du cyclisme façon ultra-endurance, et c’est peu de le dire, tant le pedigree du bonhomme laisse pantois. Axel s’est fait «remarquer» notamment en 2015, en traversant l’Amérique du Sud en 42 jours, en autonomie, avec son vélo chargé «comme une mule», accusant près de 60 kg sur la balance.

Du fin fond des Andes, lui vint cette idée d’unir la communauté de «bikepackers» autour d’un circuit qui se tiendrait dans les endroits les plus incroyables de la planète. La première pierre à cet édifice fut l’IncaDivide, en 2016, toujours au cœur de la Cordillère des Andes.

Une épreuve plongeant ses participants dans les méandres les plus sauvages des Andes équatoriennes et péruviennes. Ce fut le point de départ du BikingMan. Un circuit dont le nom s’inspire du célèbre Festival mêlant Art et Musique, le Burning Man. Le BikingMan, lui, relie les cyclistes et l’aventure.

Lancé officiellement en 2017, le circuit comptait l’an dernier pas moins de six destinations affriolantes : le sultanat d’Oman, la Corse, le Pérou, le Portugal, le Laos et Taïwan. En 2020, on reprendra les mêmes, sans Taïwan, et on y ajoutera le Brésil.

Les règles sont simples : il s’agit de se rendre d’un point A à un point B le plus rapidement possible, en totale autonomie, et dans le délai imparti (en général 120 heures soit 5 jours). Chaque course de la série permet au coureur de marquer des points dans sa catégorie (Solo Femme, Solo Homme, Equipe). Le nombre de points est défini par la position du coureur à l’arrivée.

Au-delà des 20 premières places, chaque finisher marque un même nombre de points. Les parcours font passer les concurrents par les endroits les plus magnifiques des régions traversées, mais aussi souvent les plus exigeants.

Le Dénivelé positif se compte ainsi la plupart du temps en dizaines milliers de mètres, mais cela en vaut toujours la peine, tant les traceurs des épreuves veulent faire découvrir aux cyclistes les merveilles naturelles de chaque contrée traversée. Ici, pas de voiture suiveuse, une gestion autonome de l’effort (alimentation, réparations...), seulement deux checkpoints obligatoires sur les centaines de kilomètres de parcours, et le même parcours pour les hommes et les femmes. Comme l’organisation prend un soin particulier à soigner son bilan carbone, aucun véhicule ne se faufile entre les membres d’un peloton qui a vite fait d’éclater au fil des kilomètres et des gestions de course de chacun.

Ce qui assure, en outre, un effort solitaire en totale immersion dans le pays traversé, et confère à l’épreuve un certain parfum d’aventure. Et c’est bien ce que viennent chercher les participants, d’ailleurs. Pour être classé sur ce «Championnat du monde d’ultracyclisme», il faudra avoir terminé au moins Deux étapes du circuit 2020.

VOUS AUREZ DONC LE CHOIX ENTRE LES DESTINATIONS SUIVANTES, POUR TENTER DE SUCCÉDER AU PALMARÈS AU PÉRUVIEN RODNEY SONNCO, VAINQUEUR DU CIRCUIT 2019, ET DE LA DANOISE HELLE BACHOFEN VON ECHT :

22 FÉVRIER – OMAN 1060KM/8700M D+ - 5 JOURS (120 HEURES).

Explorez la partie sud-est de la Péninsule arabique à travers les Hajar Mountains, via le col de Jebel Shams, le désert Ash Sharqiyah et les berges de la mer arabique. Un excellent moyen de fuir l’hiver européen.

26 Octobre – CORSE – 850KM/15 000M D+ - 5 JOURS (120 HEURES)

Immersion au cœur de l’île de Beauté, son parc naturel, ses routes escarpées, ses plages paradisiaques du Sud, sa côte enchanteresse, et son splendide Cap Corse. Un membre de la Team RESPIREZ tente l’aventure cette année et nous fera part de ses sensations de course dans le numéro été du magazine RESPIREZ qui sort le 21 Juin prochain.

Malheureusement annulée – BRÉSIL – 1000KM/17 000D+ - 5 JOURS (120 HEURES)

Première édition de cette épreuve avortée, qui vous aurait emmenée dans l’un des plus vieux massifs du pays et d’Amérique du Sud. L’occasion aussi de flirter avec une biodiversité incroyable tout au long du trajet.

Malheureusement annulée  – PÉROU – 1600KM/38 000D+ - 14 JOURS (336 HEURES)

C’est ici que tout a commencé pour le BikingMan. Et c’est ici que l’on revient chaque année. Cette fois-ci, la pandémie aura eu raison de l'épreuve dont le parcours aurait dû se faire principalement en gravel, sur un tracé complètement revisité entre exploration de la Vallée Sacrée des Incas, à proximité de Cusco, et ride à travers les merveilles des Andes.

21 SEPTEMBRE – PORTUGAL – 950KM/12 000D+ - 5 JOURS (120 HEURES)

C’est parti pour la découverte des montagnes de l’Algarve, et les villes fortifiées de Alentejo, le long de la frontière espagnole. Direction la côte atlantique, et le point le plus à l’Ouest du continent européen.

Malheureusement annulée – LAOS – 920KM/17 000D+ - 5 JOURS (120 HEURES)

Le pays des éléphants aurait dû accueillir une étape du BikingMan dans le nord-est du pays. Ambiance jungle tropicale au menu, passages sur les berges du Mékong, champs de riz à perte de vue, et rencontres avec les différentes ethnies du Laos.

Plus d’Infos sur : https://bikingman.com/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *