Iles Scilly : le paradis perdu du swimrun

Swimrun des Iles Scilly

Sur le circuit des Ötillö Word series, les swimrunners entendent fréquemment parler de la beauté et de l’ambiance particulière qui règne sur les îles Scilly, cadre de rêve pour la pratique de cette discipline en vogue qu’est le Swimrun. Mais si le paradis du swimrun existe, il se mérite.

Par Laurent Valette

Photos : Ed-Marshall, Jakob-Edholm

Il faut prendre un vol pour Londres, et faire 6h30 de bus pour rejoindre Penzance situé à l’extrême ouest de l’Angleterre et enfin patienter 2h45 en Ferry avant que l’île aux trésors n’apparaisse enfin au travers d’une brume épaisse à l’anglaise. Le ton est donné, l’ambiance est posée. Bienvenue à Saint-Martin’s, l’île la plus peuplée de l’Archipel des îles Scilly qui sera le temps d’un week-end « the place to be » de l’élite mondiale du swimrun.

Dès les premiers pas au cœur des habitations de Sainte-Mary, une ambiance particulière se dégage, comme une âme pleine d’histoire qui hante le village, notamment celle des pêcheurs qui puisent leurs richesses dans les eaux salines alimentées grâce au Golf Stream. En longeant les petits cottages joliment entretenus, l’étonnement vient de la végétation exotique, digne de celle située dans les îles de l’océan Indien dans les Mascareignes. Voilà la raison pour laquelle après la pêche, c’est l’exportation de ces plantes exotiques qui vient en 2ème position de l’économie locale.

C’est la 3ème fois que l’Ötillö world série fait étape sur ce petit et discret archipel anglais qui voit le nombre de participants augmenter de manière phénoménale.

« C’est un site que nous ne pensions pas pouvoir faire exister » explique Mats Scott qui a découvert ce spot lors d’un voyage touristique. « C’est comme un incroyable petit monde perdu au milieu de l’Atlantique avec une eau cristalline, des plages de sable blanc et des vieilles pierres historiques » renchérit Mikael Lemmel. Et ce n’est pas un hasard si de nombreuses nations sont représentées ce qui donne à cette étape de Coupe du Monde tout son intérêt et un niveau général de haute volée.

Le samedi, place à l’épreuve sprint sous un magnifique soleil qui propose un très beau tracé autour de l’île Saint-Martin’s avec 3 km de natation cumulés et 12 km de course à pieds. L’ambiance est impressionnante avec les nombreux encouragements des spectateurs locaux et des équipes qui attendent le départ de la longue distance du dimanche matin. Le parcours proposé alterne avec de belles parties techniques sur de jolies sentes dessinées, des traversées de plages et des parties un peu plus roulantes. Les sections de natation sont belles et dynamiques car courtes, la plus longue étant la dernière avec 1 km.

Dimanche matin, place au World serie longue distance avec au programme 37 km dont 8km de nage cumulés avec notamment deux longues traversées de 2km et 2.5km dans une eau variant entre 12 et 14 degrés. La première natation est d’ailleurs chaotique, rendue difficile avec ces longues algues qui emprisonnent les mains, les bras et qui s’accrochent aux plaquettes des nageurs. Le froid s’ajoute au festival des réjouissances et commence son travail d’usure. Après ces 2000 m, juste le temps de trottiner un peu pour tenter de réchauffer la machine en titubant tels des ivrognes et rebelote, c’est reparti pour 1200m de natation toujours aussi difficile pour les mêmes raisons. Après ces deux chantiers nautiques, la course à pied reprend ses droits avec une très belle visite des sites escarpés et merveilleux de ces trésors d’îlots.

Incroyable sensation lorsque les coureurs traversent ce fabuleux jardin botanique exotique situé sur l’île de Tresco. Ils ont le sentiment de se retrouver en plein coeur de la forêt luxuriante réunionnaise, …en Angleterre ! Allez comprendre !

Tous les participants appréhendent l’ultime section de natation longue de 2500 m qui arrive en fin de course. Les organismes sont usés, la fatigue est omniprésente mais est-ce l’effet « fin de course », l’épreuve se passe relativement bien pour tout le monde. Il faut dire que les algues sont quasiment inexistantes ce qui soulage les sirènes et les squales.

L’arrivée en équipe apporte toujours cette touche émotionnelle avec les congratulations, les sourires, les embrassades et même une demande en mariage sur la ligne d’arrivée.

A noter les remarquables performances des équipes françaises avec la 2ème en équipe Homme du team Envol 1, la 3ème place de Ulteam en équipe mixte, la veille, l’équipe X-Bionic On running montant sur la 2ème marche du classement mixte

Lors de cette épreuve Ötillö Word series, Marion Delespierre, traileuse de haut niveau a accepté le challenge d’accompagner Laurent, (rédacteur de cet article) et de participer aux 2 épreuves proposées par l’organisation : le sprint le samedi et la longue distance le dimanche. 2 épreuves sinon rien pour Marion qui en profite également pour découvrir la discipline.

Prochaine édition :

8/9 juin 2019

Format sprint :

15km dont 3km de natation et 12km course à pieds

Format long :

37km dont 8km de natation et 29km course à pieds

Plus d’Infos : https://www.come2scilly.com/

 

Une pensée sur “Iles Scilly : le paradis perdu du swimrun

  • octobre 25, 2018 à 5:50
    Permalink

    Bel article mettant en éveil tous mes sens, réveillant ma curiosité sur ce beau petit coin du monde et me donnant l’envie de m’adonner à cette discipline sportive

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *